Les Experts en économies d'énergie

          Comment dépenser moins en améliorant son confort ? Vous avez sûrement tout essayé, mais avez-vous choisi les bonnes solutions et peut-on faire confiance aux offres alléchantes inondant le marché ?

Si l'on veut vraiment s'isoler du froid, réflechir avant d'agir est la meilleure décision à prendre !

Abitalis audit énergétique isolation
Choisiriez-vous d'acheter un manteau pour l'hiver sans vérifier sa finition, l'épaisseur de son étoffe, sa taille ou même ses modalités d'entretien ?. Evidemment non !
Votre maison réclame la même attention et oublier cette idée simple est le gage d'un confort imparfait et de dépenses énergétiques exhorbitantes car, il faut mémoriser un concept immuable : mieux votre bien sera isolé, moins vous aurez besoin de vous préoccuper de votre moyen de chauffage ou des augmentations des prix de l'énergie.
Il faut d'abord se demander (ce que fera, calculs à l'appui, un expert énergéticien) quel résultat on veut atteindre en fonction des autres composants du bâti (type de parois ou de charpente, orientation bioclimatique, ancienneté de la construction, surface disponible, etc.) puisqu'il existe autant de types d'isolant sous divers conditionnements que d'emplois possibles (à poser, dérouler, agrafer, souffler, injecter, etc..).
Puis, dans chaque catégorie, le résultat sera déterminé par un rendement appelé Résistance thermique ou R. Plus son R sera élevé, meilleure sera sa capacité à stopper le froid (ne pas oublier le chaud pour le confort d'été). Ici, l'épaisseur du matériau sera un facteur à prendre en considération, ainsi que le type de matériau (laines minérales, éco matériaux de base végétale ou animale, produits chimiques extrudés ou expansés, etc..)
A ce stade, il faut également se préoccuper de la qualité des matériaux proposés qui doivent avoir obtenu un marquage CE obligatoire et une certification ACERMI qui témoigneront de la validité des performances annoncés.
Enfin, le point crucial d'une bonne isolation tient dans la qualité de sa pose qui doit être conforme aux DTU en vigueur. En effet, un isolant compressé perd jusqu'à 50 % de sa performance et mal posé peut aggraver des ponts thermiques, sources de condensation, de moisissures ou de fuites thermiques. De plus, évitez les isolants minces alu multicouches qui ne sont que des compléments d'isolation réflechissants et n'ont jamais remplacé 200 mm de laine minérale contrairement aux allégations de certains vendeurs ou fabriquants (avis motivé du CSTB Centre Scientifique et Technique du Bâtiment ). De plus, ils ne peuvent être posés que selon une méthodologie très particulière (respect des lames d'air de ventilation) car ils sont non respirants et peuvent causer des pathologies graves sur vos charpentes et boiseries.
étude énergétique et thermique avent demande subvention AREEP 2023